La présidence togolaise de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), se veut particulièrement : « Mandat de Faure Gnassingbé à la présidence de la CEDEAO. La feuille de route dévoilée ». annonce l’hebdomadaire “Lettre de la Kozah” qui a passé aux peignes fins les quatre grands chantiers contenus dans cette feuille de route. Le journal précise que c’est : « lors d’une rencontre d’information animée par le Ministre des Affaires Etrangères et de l’Intégration Africaine, Robert Dussey et le président de la commission de la CEDEAO, M. Marcel DE SOUZA » que ces chantiers qui attendent le nouveau président de la CEDEAO ont été déroulés. De « la libre circulation des personnes et des biens » à « la mise en place d’un système de santé efficace » en passant par « La paix et la Sécurité » et « l’Economie », les quatre axes de cette feuille de route, “Lettre de la Kosah” paraphrase le Ministre Dussey qui n’a pas manqué, à cette occasion, de rendre un hommage mérité au chef de l’Etat et de saluer le leadership et l’engagement du président de la commission. ‘Forum de la semaine’ renchérit : «… CEDEAO : feuille de route de Faure Gnassingbé. Quatre ‘grands chantiers’ dont un sommet extraordinaire sur la ‘paix et la lutte contre l’extrémisme violent en Afrique. » Cette nouvelle trouvaille de la nouvelle équipe à la tête de la CEDEAO fait son opinion aussi dans “Nouvelle Opinion” qui écrit : « Présidence en cours de la CEDEAO : Robert Dussey déroule la feuille de route de Faure Gnassingbé » et commente : « … Bien que ce TOGO vienne de prendre le mandat à un tournant décisif où les problèmes sont énormes et multiformes, le président de la commission de la CEDEAO a décidé d’accompagner l’actuel président dans ses tâches pour une bonne redynamisation et prévenir à la vision des pères fondateurs ». Le grand quotidien national “Togo presse” présente : « Mandat du TOGO à la tête de la CEDEAO. La feuille de route présentée au corps diplomatique ». “Combat du Peuple” va loin : « Election du Président Faure Gnassingbé comme président en exercice de la CEDEAO. Les dessous et la vision de la mission du président togolais ».

Cloche contraire au “Correcteur” qui estime : “Diversion au Sommet de la CEDEAO. Faure Gnassingbé tente d’enterrer le protocole de la bonne gouvernance pour son propre agenda ». Il précise : « …les touches personnelles dont parle le chef de l’Etat togolais au sujet des réformes sont une pure diversion car elles sont contenues déjà dans le protocole de la démocratie et de la bonne gouvernance ».

Parmi les problèmes que connaissent les pays de l’espace CEDEAO, y figure au premier plan, l’insécurité. Le TOGO vient de trouver une formule pour y faire face : une police de proximité. C’est le même journal, “Nouvelle Opinion” qui en parle : « Lutte contre l’insécurité : Le TOGO se dote d’une police de proximité ». Il précise : « il y a deux ans que l’Etat Togolais posait les jalons d’une police de proximité. Le projet ayant connu un bon parcours, est aujourd’hui dans sa phase d’exécution. ». “FORUM de semaine” reprécise : « modernisation de la machine sécuritaire. La police de proximité, une réalité au TOGO ».

Restons à l’intérieur du pays et intéressons-nous aux luttes Evala en pays Kabyè. (Dans la Kozah). “Lettre de la Kozah” rappelle : « Evala Edition 2017 : Les empoignades débutent le 15 juillet prochain ». Il rappelle également le sens de “Evala” et le parcours du jeune initié : « Avant de passer à l’initiation, la décision de l’oncle est capitale après être saisi par les parents du futur initié… ».
Pour ne pas rendre cette symphonie de “La Lettre de la Kozah” inachevé, “La Symphonie” ajoute : « Evala, ce rite pas comme les autres … ce que les togolais en pensent… ». Ce bimensuel fait parler, sur le sujet, deux politiques togolais : Gerry Taama du Nouvel Engagement Togolais (NET) et Abass Kaboua, président du Mouvement des Républicains Centristes (MRC). Pour ce dernier et d’après des propos recueillis par “La Symphonie”, c’est la dépravation des mœurs des filles qui s’organisent depuis Lomé pour aller faire de la prostitution. « … c’est une erreur grave, ce que M. Faure et ses amis sont en train de commettre avec ce rite … on fait attention à ces genres de fêtes… » , a martelé le président du MRC. Et pour Gerry Taama : « Evala au départ était une fête traditionnelle du peuple kabyè . Aujourd’hui par la force des choses, on se rend compte que ce n’est plus une fête propre à une culture … c’est devenue une fête quasiment institutionnelle… ».
Justement parlant d’institution, visitons le Bimensuel “Libération” qui écrit à sa page 3 : « Réformes constitutionnelles, institutionnelles. L’ANC dans une logique de désinformation et du mensonge. Christophe Tchao relève les contre-vérités. Isabelle Ameganvi crie haro ». Il détaille : Pour Isabelle Amégavi, elle ne sait pas si le président de l’Assemblée Nationale a quittance et autorité pour ne pas exécuter une décision de la cour constitutionnelle.
Pour Christophe Tchao, la force de l’ANC, c’est les contradictions qu’elle fait vivre le peuple togolais à tout moment.
“Libération” qui est libre de choisir ses invités affiche aussi à sa “Une” : « Invité spécial. M. Youssouf Ouatara, coordonnateur du parti UNIR de la préfecture de l’OTI » qui déclare : « …aux militants et sympathisants, je leur dis de garder espoir… le gouvernement sous l’impulsion du chef de l’Etat, est à l’œuvre pour les satisfaire, patience. ” SAWARI”.
« Pourquoi faire moins lorsqu’on peut faire plus et mieux ? La constitution de 1992 sujette à caution », soulève le “Combat du Peuple” pour qui : « …le toilettage que le président Eyadema avait fait se justifie. Mais puisqu’il l’a fait en sa propre faveur, la constitution de 1992 dans sa version originelle ou dans sa version modifiée pose problème. Il faut désormais une mise à plat complète… ». C’est cette “mise à plat complète” côté spirituel qui a pris corps la semaine dernière avec la phase de “purification du TOGO”.
“La lettre de la Kozah” informe : « processus de réconciliation, la phase des purifications s’est achevée hier. »
« …Hier, c’était le tour des Eglises chrétiennes…de célébrer des offices religieux sur toute l’étendue du territoire… » Écrit-il.
Et “Liberté” de plancher aussi sur le sujet en s’interrogeant : « Le pouvoir et les artifices. A qui profite vraiment la “purification du TOGO ? ». Cette interrogation trouve, peut-être, sa réponse dans : « … La classe politique de l’opposition qui devrait être un bon partenaire du pouvoir dans ce processus, ne s’y associe aucunement. Bien plus, elle s’en éloigne pour ne pas cautionner la pagaille et l’impunité. ».
Le pouvoir avec à sa tête, le président Faure Gnassingbé, lui, en a certainement profité puisque “Forum de la Semaine” nous apprend : « cérémonie de Purification. Faure Gnassingbé à la mosquée centrale de Lomé vendredi ». Quels liens entre ces cérémonies de purification avec l’alternance politique au TOGO ? C’est “Le Combat du Peuple” qui s’est prêté à cet exercice. Il met à sa “Une” : « cérémonie de purification. Récriminations injustifiées au sujet de la Réconciliation. L’opposition exige la réconciliation après l’alternance politique ». Le journal pense que : « …ceux qui pensent qu’ils vont imposer leur vision depuis l’extérieur sont sur le pas de ceux qui étaient revenus de l’extérieur pour couler, à cause de leur intransigeances, la conférence nationale en 1991, ratant ainsi, une occasion unique pour nous réconcilier durablement… ». Occasion ratée ! Mais en attendant de retrouver ces énergies perdues pour finalement nous inscrire dans une réconciliation dans la durée, plusieurs interrogations se posent. C’est le cas chez “le Correcteur” du jour qui écrit : « Purification sélective des dispositions salutaires. Quel danger pour le pays ? Animistes et Chrétiens boudés. » Il devient plus explicite :…Monsieur le Président de la République qui a d’ailleurs boudé la cérémonie de purification des animistes et des chrétiens, … n’a été visible qu’avec les musulmans.
Et c’est vrai, le chef de l’Etat était avec les musulmans le vendredi dernier. Le Grand quotidien “TOGO-Presse” nous le confirme : « Journées de Purification Nationales. Des offices religieux à Lomé. La prière musulmane en présence du président de la République ».

Ah oui, la bonne gouvernance, c’est aussi la mise en œuvre d’une bonne politique agricole afin de permettre à nos paysans d’avoir plus de rendement et de nourrir conséquemment les populations. Le projet :”Buffet manger local” vient à point nommé. “Le Combat du Peuple” nous le décrypte : « Les Amazones de la République. Projet : “Buffet manger local ” ». D’une durée indéterminés, ce projet comme le constate aussi “Le Correcteur” est un « Projet novateur des amazones de la République ». Le journal insiste sur son caractère qui : « … vise à sortir le paysan togolais de la précarité par la création d’emploi dans le secteur agricole. Il s’agit d’amener les togolais, à manger local en acceptant d’acheter les produits locaux à leur juste valeur… ».

Ah, espérons que cela viendrait à soulager le panier de la ménagère afin de mettre fin à la misère galopante au TOGO. Et c’est la fin aussi de la revue de la presse de ce lundi 10 juillet 2017.

Le Service de Presse/HAAC

By ouro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *