Les législatives ne seront pas les seules élections organisées au Togo en décembre prochain. A en croire ‘’Togomatin’’, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) annonce que les locales et le referendum auront lieu le 16 décembre, soit 4 jours avant la tenue des législatives. Cette annonce est « pour le moins une surprise », car « personne ne s’y attendait », commente le quotidien privé. Avec cette nouvelle donne, « le train de la CENI s’éloigne déjà », écrit ‘’L’Eveil de la Nation’’.

Par ailleurs, la formation des formateurs de la force en charge de la sécurisation du scrutin a démarré hier, informent ‘’Togo-Presse’’ et ‘’Togomatin’’.

Pendant ce temps, les deux facilitateurs sont annoncés à Lomé dans les prochains jours. Selon ‘’L’Eveil de la Nation’’ et ‘’Togomatin’’, Nana Akufo-Addo et Alpha Condé devraient d’abord se concerter autour du relevé de conclusions dressé à l’issue des travaux du comité de suivi de la mise en œuvre de la feuille de route avant de rencontrer le président togolais, Faure Gnassingbé avec qui ils échangeront sur les pistes de « sortie de crise ».

Quid de la CENI qui continue par être boudée par la C14 ? Il y a « probabilité » qu’elle soit « recomposée » et cette perspective crée de la « panique dans les rangs du pouvoir RPT/UNIR », relève ‘’Liberté’’.

Pour sa part, ‘’Actu Express’’ note que la CEDEAO, par son « incapacité notoire à régler la crise politique au Togo et le mauvais rôle de son comité de suivi, est sur une piste glissante ». ‘’L’Indépendant Express’’ renchérit et assure que l’institution sous régionale est « le garçon de course et l’ami du pouvoir ».

L’opposition réunie au sein de la C14 elle, projette de reprendre les manifestations de rue. « Réussira-t-elle à empêcher la tenue des législatives prochaines ? » se questionne ‘’Le Sorbonnard’’. Pour le journal, le « radicalisme politique et l’amateurisme diplomatique » doublés du « chantage et tribulations » de la coalition sont en train de « tracer la voie royale aux autres partis politiques de l’opposition d’entrer au parlement ».

D’après ‘’L’Indépendant Express’’, le régime en place est dans une logique d’organiser à tout prix les élections et de les remporter pour conserver le pouvoir, tandis que l’opposition ne veut pas se laisser faire et compte sur la mobilisation populaire. Il y a donc « gros risque de chaos au Togo », prévient la publication.

Quant à Nathaniel Olympio, il explique dans les colonnes de ‘’Liberté’’ que « le jour où l’acte de trop sera posé par le régime, le Togo explosera ». ‘’Le Panafricain’’ lui pense que les traits caractéristiques du ministre Gilbert Bawara sont : « provocation, arrogance et suffisance ». « Quel médecin pour guérir Bawara de sa ‘’maladie langagière’’ ?» se demande le tabloid.

En outre, ‘’L’Alternative’’ revient sur le sur le dossier des « implants périmés » utilisés au CHU Sylvanus Olympio. Le bihebdomadaire donne à savoir que le « réseau au cœur de ce scandale » contre-attaque et menace de faire arrêter le directeur de publication du journal.

Le Service de Presse/HAAC

By ouro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *