Dans leur livraison du jour, les publications évoquent la situation politique au Togo.

La disparition subite de M. Pitang Tchalla sur la première estrade de cette revue. Il était un « homme d’une subtilité notoire qui a su inculquer un certain nombre de valeurs aux professionnels des médias par son expertise », témoigne ‘’La Voix du Peuple’’. C’est une « perte cruelle pour le Togo », déplore ‘’Le Combat du Peuple’’ dans sa parution d’hier. L’hebdomadaire assure que « le vide crée par sa mort ne sera jamais comblé », d’autant plus que le défunt président était « profondément humain, croyant, chrétien pratiquant, aimable, sensible et toujours disponible ».

 Situation politique au Togo

Après l’absence de consensus à l’Assemblée nationale, d’aucuns expliquent que la parole doit être donnée au peuple pour trancher à travers un référendum. C’est le cas de le dire, aussi bien la majorité présidentielle que l’opposition dit défendre ce peuple et agir conformément à sa volonté. Mais question : de quel peuple parle-t-on ? S’interroge ‘’La Voix du peuple’’ qui fait observer que le peuple justement, est la « seule victime de la crise politique qui secoue le pays ».

Parlant du pays, le Togo bien entendu, il est entre « l’enclume de ceux qui veulent garder le pouvoir » et font tout pour et le « marteau du gros du peuple qui veut que ses aspirations soient prises en compte », relève ‘’Sika’a’’. Le magazine satirique rappelle que ces aspirations, c’est que les réformes longtemps réclamées soient mises en œuvre. « Même les animaux veulent les réformes » au point de menacer les soldats, ironise-t-il.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la situation politique au Togo n’est pas un long fleuve tranquille. Alors, que faire pour ramener le calme et sauvegarder la paix ? La communauté internationale « montre la voie à suivre » en prescrivant un « dialogue constructif » entre les protagonistes, indique ‘’L’Eveil de la Nation’’. Même information dans les colonnes de ‘’Forum de la Semaine’’, ‘’Togomatin’’ et ‘’Le Médium’’. Cela tombe bien, car le parti UNIR ne cache pas son « ouverture pour le dialogue », note ‘’Lettre de la Kozah’’, même si l’opposition n’a pas une revendication fixe. Le dialogue que prône aujourd’hui le pouvoir est un « semblant de rétropédalage après le coup de force opéré à l’Assemblée nationale », commente ‘’Liberté’’ qui estime que l’appel de l’ONU est une « pression mise sur Faure Gnassingbé ».

L’exhortation du Secrétaire Général des Nations Unies aux acteurs politiques à privilégier le dialogue est un « grand camouflet aux radicaux de l’opposition », écrit pour sa part ‘’Forum de la Semaine’’ dans sa livraison de lundi. Toujours en ce qui concerne le dialogue, il faut « éviter de se faire une fois de plus gruger par Faure Gnassingbé », martèle ‘’Liberté’’ à l’endroit de l’opposition.

Pendant que l’UNIR a « la tête au dialogue », l’oppo
sition a la sienne dans la rue, constate ‘’La Symphonie’’. Mais pas seulement. En plus des manifestations, elle « décrète » aussi et ce pour la deuxième fois en un mois « la mort du Togo », mentionne ‘’Forum de la Semaine’’.

« Entre réformes, retour à la constitution de 1992 et la démission de Faure Gnassingbé, l’opposition joue sa crédibilité », analyse ‘’L’Eveil de la Nation’’. Pendant ce temps, les Evêques du Togo « offrent leur médiation après leur message » qui a fait couler beaucoup d’eau et de salive, renseigne ‘’L’Union pour la Patrie’’. Ces Evêques sont-ils « en mission pour unir ou diviser les Togolais ? » se questionne ‘’Forum de la Semaine’’.

En attendant, le premier ministre, Komi Sélom Klassou a « lancé le référendum depuis la tribune des Nations Unies », rappelle ‘’La Symphonie’’. Il faut « barrer la route » à ce référendum et même au « dialogue de sourds » en préparation, recommande ‘’L’Indépendant Express’’ qui assure que Faure Gnassingbé est aujourd’hui « seul contre tous ». « Jusqu’où ira-t-il ? » se demande l’hebdomadaire.

A en croire ‘’L’Alternative’’, la fin de la contestation du RPT/UNIR, « un régime qui exécute jusqu’aux enfants », n’est pas pour bientôt. Le bihebdomadaire donne à savoir que l’on avance « vers des actions de grandes envergures » dans ce sens. Aussi, signale-t-elle que la « crise s’est déplacée sur un autre terrain » avec, entre autres, des « grenades lacrymogènes » qui ont été « balancées » au domicile du Général Séyi Mémène soupçonné d’être un soutien possible du PNP. Le tabloid souligne également que le pouvoir en place arbore « le manteau de la paix sous l’empire du crime, du viol et du faux ».

Dans le reste de l’actualité, la presse du jour informe de la baisse des prix des produits pétroliers. Cela s’apparente à une « opération de charme » envers la population au regard de la « grogne » qui tend à se généraliser, opine ‘’Liberté’’. « Ce n’est pas une quelconque baisse des prix qui détournera l’attention des Togolais sur l’essentiel, c’est-à-dire les réformes et le départ de Faure Gnassingbé », renchérit ‘’L’Indépendant Express’’.
Et puis, la presse s’est intéressée à transformation en cours du groupe Togo Télécom.

Service de presse de la HAAC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *