Les journaux parus ce lundi évoquent les manifestations que la coalition des 14
partis de l’opposition projette d’organiser cette semaine, alors même que le
dialogue politique n’a pas encore refermé ses portes.

Après une première demande de reprise des manifestations de rue non
concluante, la coalition des 14 revient à la charge pour d’autres marches les 25,
26 et 28 avril prochains. Elle a envoyé dans ce sens une lettre d’informations au
ministre de l’Administration territoriale. Mais quelle suite sera réservée à ce
courrier ? A en croire ‘’Forum de la Semaine’’, « le pouvoir laissera la coalition
manifester mais en tirera toutes les conséquences ». « Au lieu d’une interdiction
sèche comme la dernière fois, le gouvernement autorise cette marche qu’il
compte bien canaliser », écrit ‘’Le Libéral’’. C’est donc dire que la C14 n’aura
pas les coudées franches dans le choix des circuits à emprunter. La
confirmation est à lire dans ‘’Togomatin’’qui assure que « les marcheurs vont
devoir changer d’itinéraires ».

« Boukpessi envoie les marches à Bè », c’est à travers ce titre que ‘’Le
Correcteur’’ renseigne sur les recommandations formulées par le ministre de
l’Administration territoriale à la coalition. Pour sa part, ‘’Liberté’’ observe
qu’ « à défaut d’interdiction, le pouvoir impose de nouveaux itinéraires et points
de chute à la coalition ». Celle-ci va-t- elle se plier à cette recommandation ?
Non, répond ‘’Nouvelle Opinion’’, car malgré la modification des itinéraires par
le gouvernement, la C14 « maintient les siens ». « Il faut donc redouter de
nouvelles tensions ces mercredi, jeudi et samedi », analyse ‘’Liberté’’. « Le pire
est à craindre si rien n’est fait surtout du côté de la facilitation pour renouer le
fil du dialogue », relève ‘’Le Correcteur’’.

Justement, à propos du dialogue, quel est son sort ? Le « mystère plane
toujours sur son issue », remarque ‘’Vision d’Afrique’’. D’après ‘’Nouvelle
Opinion’’, « l’immense majorité des Togolais se demande avec raison s’il n’est
pas opportun de siffler la fin du dialogue, puisque le G14 est attaché
foncièrement aux marches ». De son côté, ‘’Le Combat du Peuple’’ pense que
la coalition est « au pied du mur ».

Wolou Komi fait partie des responsables du regroupement des 14 formations.
Le professeur de Droit, à en croire ‘’Liberté’’, donnait une formation à certains
jeunes samedi dernier à Kara lorsqu’il a été « chassé manu militari » de la ville
sur instruction du préfet Bakali. Raison ? Les organisateurs n’auraient pas
informé l’autorité locale de la présence du Prof. lui-même. « Jusqu’à quand le
Colonel Didier Bakali va-t- il continuer de faire de Kara un Etat dans un Etat ? »
s’interroge le quotidien privé. « Attention danger ! Balkanisation prononcée du
Togo », renchérit ‘’Le Correcteur ».

En outre, ‘’Togo-Presse’’ publie un communiqué du gouvernement qui
renseigne de ce que la journée du lundi 30 avril 2018 est « fériée et payée sur
toute l’étendue du territoire ». Le lendemain mardi sera le 1 er mai. Il faut aussi
compter la journée du 27 avril qui sera également fériée suivie du week-end.
Au lieu de mettre le pays au travail le régime actuel, « fêtard et jouissif » a
préféré férier la journée du 30 avril, regrette ‘’Liberté’’. Cette « semaine
généreuse consacre la paresse des autorités togolaises », commente ‘’Le
Correcteur’’ qui se demande : « de quelle école politique sont Faure Gnassingbé
et compagnie ».

Service de presse/HAAC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *