Les préparatifs des élections prévues en décembre, la rentrée scolaire 2018-2019 et la lutte contre la corruption sont à la une de l’actualité dans les journaux parus ce jeudi.

  • Préparatifs des élections

La presse rapporte qu’en plus des législatives, le referendum et les locales auront également lieu en décembre de cette année, a annoncé la CENI en début de semaine. Le recensement démarre le 1er octobre, rappellent ‘’Waraa les Vainqueurs’’. « Toutes les conditions sont réunies pour la tenue des élections en décembre », confirme le président de la CENI dans les propos rapportés dans ‘’Hara Kiri’’. La Commission Electorale Nationale Indépendante, justement, a enregistré l’arrivée des experts électoraux de la CEDEAO, renseignent ‘’Echos du Pays’’.

De ce qui précède, ‘’Le Dialogue’’ conclut que « les choses avancent et nul ne peut arrêter la machine électorale qui prend une ascendance positive ». Même pas la coalition que l’hebdomadaire invite à rejoindre la CENI, car « rester dans le juridisme face aux réformes à opérer ne servira à rien ». Même suggestion dans les colonnes de ‘’Echos du Pays’’. La publication estime qu’« entre le jusqu’auboutisme de la CENI et la réalité du terrain, la programmation des locales met la C14 en difficulté ».

L’autre difficulté, relève ‘’Togomatin’’, c’est la désunion qui frappe à la porte de la coalition. Le quotidien croit savoir que ce regroupement héberge en son sein deux courants : d’un côté, les « extrémistes » emmenés par le chef de file de l’opposition qui ne jurent que par la rue et de l’autre, la ligne des « progressistes » composée du PNP et du parti Santé du Peuple.

En rendant public la date de la tenue du referendum et des élections locales, la CENI « tacle la C14 et extrapole les recommandations de la CEDEAO », écrit ‘’Le Perroquet’’ car, explique-t-il, aucun point de la feuille de route n’a prescrit l’organisation du referendum mais plutôt la mise en œuvre des réformes par voie parlementaire. Là-dessus, ‘’Togomatin’’ rapporte que le ministre Gilbert Bawara a expliqué dans une interview accordée à l’agence de presse ‘’Savoir News’’ que « dans les prochains jours, le gouvernement adoptera et soumettra à l’Assemblée nationale un projet de révision constitutionnelle ». En clair, la voie parlementaire telle que souhaitée par la CEDEAO ne serait pas écartée.

Qu’à cela ne  tienne, ‘’Togomatin’’ pense que la CENI a « cruellement manqué de pédagogie et outrepassé ses prérogatives », en ce sens que conformément à l’article 11 du code électoral, il ne lui revient pas d’annoncer par exemple les dates d’ouverture et de clôture de l’établissement des listes électorales ainsi que les dates des élections. Selon le tabloïd, la loi renseigne que la CENI ne peut que faire des « propositions » mais cette tâche revient au Conseil des ministres à travers un décret. Dans la même veine, ‘’Flambeau des Démocrates’’ assure que « la CENI viole le code électoral ».

Il y a « de forts risques d’explosion », mentionne ‘’Le Bâtisseur’’, qui rapporte les propos du député Djimon Oré : « le processus électoral en cours est criminel, bancal ; une mascarade ». Autre morceau choisi de la sortie de l’ex-ministre de la Communication dans ‘’Le Changement’’ : « Avec cette CENI, on veut amener encore le peuple à l’abattoir. Il faut arrêter le régime dans sa progression ».  De son côté, ‘’Le Perroquet’’ annonce que « des milliards seront bientôt gaspillés pour une parodie d’élections ».

Pour sa part, ‘’Liberté’’ mentionne : « Le coup de force, en attendant une nouvelle crise ». « Vive le forcing no limit du pouvoir de Lomé ! » s’exclame ‘’Fraternité’’ qui commente : « Faure Gnassingbé et ses collaborateurs démontrent qu’ils n’ont que faire des engagements et accords qui restent sans valeurs, à leurs yeux ». Le confrère de relever que de « nombreux analystes se demandent jusqu’à quand la CEDEAO sortira de son mutisme, pour en toute responsabilité, siffler la fin de la déconcertante cantate qui se joue ».

Parlant de la CEDEAO, « parviendra-t-elle à décrisper la situation au Togo ? » se demande ‘’Le Dialogue’’. Le journal reconnait que « la tâche est très compliquée pour les facilitateurs ». Quant à ‘’Flambeau des Démocrates’’, il estime que les « efforts de médiation de la CEDEAO sont banalisés ».

  • Lutte contre la corruption

‘’Le Changement’’ rappelle que le Togo est « en guerre » contre le phénomène. Il s’agit concrètement de la HAPLUCIA, institution chargée de lutter contre cet état de chose qui est en « campagne de vulgarisation des dispositifs juridiques et institutionnels » y relatifs, précise ‘’Chronique de la Semaine’’. « Et si le sommet de l’Etat donnait le bon exemple » en se soumettant à l’exigence de la déclaration des biens ?  écrit ‘’Flambeau des Démocrates’’.

Pour ‘’Le Perroquet’’, la campagne lancée est « une initiative de trop pour protéger les grands corrupteurs et corrompus du Togo ». ‘’Fraternité’’ elle, pense que « la HAPLUCIA abandonne la proie pour la diversion ».

  • Rentrée scolaire 2018-2019

‘’Le Dialogue’’ donne à savoir que « le gouvernement met les bouchées doubles pour que la reprise des cours soit effective le 24 septembre prochain, pendant que les parents d’élèves grincent les dents ». Et « jusqu’à nouvel ordre » cette date est maintenue, notent ‘’Echos du Pays’’. ‘’Le Perroquet’’ se demande s’il ne va pas y avoir un report de cette rentrée attendu que le recensement démarre le 1er octobre et a souvent lieu dans les établissements scolaires.

Par ailleurs, ‘’Le Perroquet’’ révèle que l’artiste togolais Papson Moutité qui se ferait passer pour un « conseiller du président de la République et chargé de mission à la présidence se trouve dans les mailles de la police pour usurpation d’identité, chantages, menaces, escroquerie et atteinte aux bonnes mœurs » en se prévalant d’une proximité avec certaines autorités du pays.

En outre, l’hebdomadaire donne à savoir qu’un « ex beau-frère du président de la République », du nom de Donald Sodji se serait rendu coupable d’acte de « sodomie ». « Activement recherché », il serait « en fuite ».

Le Service de Presse/HAAC

By ouro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *