Dans leur livraison du jour, les publications évoquent l’arrivée imminente des facilitateurs à Lomé et les préparatifs des élections de décembre prochain.

Ainsi que le relèvent ‘’Le Magnan Libéré’’ et ‘’La Lanterne’’, les deux facilitateurs sont attendus à Lomé dans les prochains jours. Nana Akufo-Addo et Alfa Condé devraient, en outre, se rencontrer pour étudier le relevé de conclusions dressé à l’issue des travaux du comité de suivi. Ils pourraient également échanger avec le président Faure Gnassingbé pour l’aviser des solutions qu’ils envisagent en ce qui concerne la situation politique au Togo, ajoutent les confrères. Leur arrivée à Lomé est d’autant plus attendue qu’ils viendront « trancher sur la question de la CENI », indique ‘’Le Magnan Libéré’’. Mais les deux facilitateurs « pourront-ils débloquer l’impasse togolais ? » se questionne ‘’Dounia le Monde’’.

« En attendant l’avis des facilitateurs, le train de la CENI s’accélère », note ‘’Le Messager’’ qui rappelle qu’en dépit des protestations de la C14, la Commission Electorale Nationale Indépendante organise, outre les élections législatives prévues le 20 décembre, les locales et le referendum quatre jours plus tôt, c’est-à-dire le 16 décembre. ‘’Togomatin’’ en vient à conclure que le « la coalition de l’opposition aboie et la CENI passe ». A propos de la CENI, elle a fait hier mardi le « bilan de ses activités avec la presse », informe ‘’Le Messager’’. A en croire ‘’Togo-Presse’’, en dehors des médias, la Commission Electorale a aussi « échangé avec les représentants des partis politiques sur les préparatifs du referendum, des élections locales et législatives ».

Maintenant que les dates des différents scrutins sont connues, « la C14 a-t-elle encore une marge de manœuvre ? » se demande ‘’Dounia le Monde’’. ‘’La Lanterne’’ pose la question autrement : « la machine est lancée : ira ou ira pas ? » En tous cas, le journal assure que « la race de vipères vêtue de manteau d’opposants est prise au dépourvu ». « Consensus ou boycott ? Scénario des année 80 à l’horizon », souligne ‘’Togo Nyigba’’. La Coalition des 14 qui espérait faire arrêter la CENI dans ses activités est maintenant obligée de « se mettre au pas » de la commission, « le glaive des élections sur la tête », commente ‘’Togomatin’’.

Ces élections seront-elles précédées des réformes telles que contenues sur la feuille de route de la CEDEAO ? ‘’La Manchette’’ n’y croit pas trop, car selon elle, le régime en place sait que « si les choses restent en l’état, il sortira toujours gagnant des compétitions électorales, d’où sa réticence, sa phobie ou sa peur bleue de remettre les choses dans les normes ». ‘’Liberté’’ renchérit et explique que le pouvoir a ‘’verrouillé’’ tout le processus avant de conclure qu’« il ne faudrait pas attendre une issue heureuse de ces élections pour les forces de l’alternance ».

Devant cette possible perspective du statu quo, ‘’Liberté’’ se demande à quoi aurait alors servi le 19 août. « La course folle de Kadanga et consorts vers le triptyque des élections n’a de meilleure motivation que de rendre nul et de nul effet sur l’actualité politique, le mouvement déclenché le 19 août 2017 ». Le quotidien privé d’ajouter : « C’est une raison pour que les Togolais ne baissent pas de sitôt la garde ».

Et justement, la C14 compte se faire entendre dans la rue. « A-t-elle toujours les moyens de sa politique ? » s’interroge ‘’Dounia le Monde’’. Ces marches annoncées ne donneront rien, prédit ‘’Le Magnan Libéré’’ qui indique que « la solution de la crise ne se trouve pas dans les marches mais ailleurs ».

Pour ce qui concerne les élections locales, elles permettront de « prendre le pouvoir par la base », note ‘’Le Libéral’’ qui renseigne aussi qu’elles pourraient permettre l’élection de 1516 conseillers municipaux. Ces consultations « détermineront les vrais partis représentatifs », mentionne ‘’Le Magnan Libéré’’. Mais dans le même temps, elles « mettront fin à l’ère des délégations spéciales qui auront contribué à enfoncer les localités dans l’extrême pauvreté », souligne ‘’Le Libéral’’. Les présidents de ces délégations spéciales devenus riches au fil du temps faisaient la pluie et le beau temps, c’est ce qui explique qu’ils se « tiennent aujourd’hui la tête » à l’annonce de la tenue du scrutin, signale ‘’Tingo-Tingo’’.

Sur un tout autre sujet, ‘’Liberté’’ donne à savoir que le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) vient de rendre public un rapport assorti de recommandations sur les victimes de la crise politique. 19 personnes ont perdu la vie dont 2 militaires et 4 mineurs, dit le rapport. « Ce bilan a été déploré par le gouvernement, la société civile et l’ensemble de la communauté internationale et des dispositions sont en train d’être prises pour empêcher sa répétition », complète ‘’Togomatin’’.

Au surplus, ‘’Liberté’’ rapporte qu’un report de la rentrée serait vu d’un bon œil par beaucoup de Togolais surtout les parents d’élèves. Pour ‘’La Lanterne’’, maintenir la rentrée scolaire au 24 septembre est un « non-sens ».

Le Service de Presse/HAAC

By ouro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *