L’actualité dans les colonnes des publications du jour reste dominée par l’ouverture à Lomé du sommet de l’Union Africaine sur la sécurité maritime.

En ouverture de cette revue, nous signalons que ‘’La Dépêche’’ est revenue sur les 100 jours de la présente mandature de la HAAC. Le tabloïd observe que « Pitang Tchalla et son équipe sont sur la bonne voie ».

Par ailleurs, le journal s’est attardé sur la confraternité, le dialogue et l’amitié auxquels le président de la Haute Autorité avait appelé au cours de la cérémonie organisée le 8 octobre.

« S’agissant de la confraternité, il n’y a aucun problème entre les confrères togolais. Ce sont les autorités publiques qui, par le traitement privilégié accordé à certains confrères, ont faussé le jeu de la confraternité au sein de la presse », commente-t-il.

Le même constat est fait en ce qui concerne le dialogue. Pour ce qui est de l’amitié, le confrère « doute » que les autorités qui ont « dressé une barrière » entre les journalistes soient prêtes à considérer ces derniers comme des amis.

En outre, ‘’Togo-Presse’’, dans sa livraison du 11 octobre a ressorti au travers d’un article, le contenu du code de bonne conduite du journaliste édicté par la HAAC dans le cadre de la couverture par les médias publics et privés du sommet sur la sécurité maritime.

Le quotidien national a également rendu compte de l’ouverture des travaux de cette conférence par le Premier ministre, Sélom Klassou, en présence d’un parterre de personnalités dont le président de la HAAC.

  • Sommet sur la sécurité maritime

Depuis lundi dernier, le Togo est « dans la ferveur » de la conférence, note ‘’L’Union pour la Patrie’’. Justement, pendant six jours, Lomé se mue en « capitale de l’Afrique » avec les sommités et experts qui s’y sont donné rendez-vous, relève ‘’Dounia le Monde’’. ‘’La Dépêche’’ elle, donne à savoir qu’ « à mi-parcours des travaux, tout va pour le mieux dans les meilleurs du monde ». Aussi, l’hebdomadaire ajoute-t-il que l’Union Européenne est le « premier partenaire du sommet, malgré le coup de froid entre Lomé et Bruxelles ».

En attendant l’arrivée des chefs d’Etat, l’avenir des mers et océans est au centre des échanges entre les différentes délégations. En effet, plus de 200 experts planchent déjà sur des thématiques liées à la sécurité maritime, sur l’esplanade du Palais des Congrès au cours des Side Events, rapportent ‘’Le Dialogue’’, ‘’Tingo-Tingo’’ et ‘’Le Magnan Libéré’’.

Le clou des assises de Lomé sera la signature de la charte aux fins de réglementer les activités dans l’espace maritime. Et là-dessus, « le Togo espère parvenir à un consensus » avec les conférenciers, indique le ministre des Affaires Etrangères, Robert Dussey dans ‘’Le Messager’’. « On essaye d’avoir le consensus et j’espère que cette charte sera adoptée le soir du 15 octobre », déclare-t-il notamment, dans des propos relayés par ‘’Le Dialogue’’. D’ailleurs, les « travaux préparatoires » sont en cours à cet effet, précise ‘’Tingo-Tingo’’.

Les travaux du sommet ont été ouverts lundi après-midi par le Premier ministre qui représentait le chef de l’Etat à la cérémonie. Faure Gnassingbé, qui a fait « faux bond », alors qu’il était attendu à la cérémonie, mentionne ‘’Liberté’’.

N’empêche, dans son discours de circonstance, Komi Sélom Klassou a rappelé que « la conférence de Lomé est un évènement historique d’importance pour l’Afrique », souligne ‘’L’Union pour la Patrie’’. Le chef du gouvernement explique également dans ‘’Le Messager’’ que « nous avons l’impérieux devoir de protéger et de sauver la mer et l’océan, … si nous ne voulons pas être condamnés par le tribunal de l’histoire et les générations futures ».

Les propos du Premier ministre togolais semblent d’autant plus justifiés que selon le Secrétaire Exécutif de la Commission économique des Nations Unies, Carlos Lopez, « nos mers renferment un trésor caché qu’il faut dévoiler, protéger et exploiter ». « Le décor est donc planté », constate ‘’L’Union pour la Patrie’’.

L’on comprend dès lors que le rendez-vous de Lomé n’est pas une villégiature. Les autorités togolaises l’ont très tôt compris et n’ont « rien laissé au hasard », à commencer par l’aéroport pour accueillir les délégués, note ‘’L’Union pour la Patrie’’. Certains ont commencé par rallier la capitale togolaise samedi dernier, soit le jour où se déroulait une caravane pour annoncer l’évènement, rappelle ‘’Le Dialogue’’.

Quid du dispositif sécuritaire ? « Il n’y a pas de couvre-feu… chacun peut vaquer librement à ses occupations », affirme le ministre de la Sécurité dans ‘’Forum de la Semaine’’. Quant à ‘’Fraternité’’, elle craint une « paralysie » des activités et surtout les « bavures » de certains éléments « zélés » des forces de sécurité.

Le sommet sur la sécurité maritime est porté par le gouvernement togolais mais soutenu par l’UFC de Gilchrist Olympio, signale ‘’L’Union pour la Patrie’’. Outre le président du parti à l’emblème au palmier, l’OBUTS d’Agbéyomé Kodjo, le NET de Gerry Taama et le MRC d’Abass Kaboua entre autres, ne voient pas d’un mauvais œil la rencontre de Lomé.

Tout le contraire de l’ANC de Jean-Pierre et de ses compagnons du CAP 2015 qui ont, non content de boycotter ces assises ont entrepris d’organiser au même moment un colloque sur l’alternance politique en Afrique. ‘’Le Dialogue’’ pense que cette manifestation a été organisée pour « faire le boucan » et essayer de se rendre crédible aux yeux de ses militants.

Sauf que les panélistes de renom annoncés n’ont pas répondu présents, constate ‘’Dounia le Monde’’. « Un faux bon ou le bon sens » a-t-il dissuadé ces personnes de s’associer à cet « amateurisme » ? se questionne ‘’Le Messager’’. A en croire ‘’Tingo-Tingo’’, le parti de Jean-Pierre Fabre « accuse le pouvoir d’intimidation ». Sur le sujet, ‘’Liberté’’ rapporte que le chef de file de l’opposition « dénonce des manœuvres visant à l’opposer à ‘’ses amis’’ Albert Bourgi et Francis Kpatindé ».

Pour sa part, ‘’Le Magnan Libéré’’ pense que ce colloque est « mal programmé », attendu qu’il se tient au même moment que le sommet de l’UA et des Universités sociales initiées par la société civile togolaise. Pour Gerry Taama qui se prononce là-dessus, le colloque du CAP 2015 est « non seulement est un beau gâchis mais une sacrée connerie ».

Au demeurant, la manifestation du CAP 15 et l’activité organisée par la société civile ont été « noyées » par la conférence sur le sommet maritime, écrit ‘’Le Magnan Libéré’’.

Opinant toujours sur le colloque, ‘’Forum de la Semaine’’ indique que l’ « on a tout dit ou presque, encore une fois sauf, l’essentiel ».

Qu’à cela ne tienne, le colloque, malgré les absences évoqués plus haut, a pris fin hier sur « la déclaration de Lomé et des recommandations visant à mettre fin à la dictature et à ouvrir la voie à l’alternance politique », renseigne ‘’Liberté’’ qui ajoute que dans son discours de clôture, M. Fabre a « proposé la tenue régulière d’une telle initiative d’échanges ».

Dans un tout autre registre, les confrères ont réservé quelques colonnes à la rentrée scolaire, questionnant pour certains le niveau des élèves à la reprise tant les vacances ont été longues.

Sur la toile, ‘’Republicoftogo’’ assure que la HAAC est « bonne mère » en référence aux « chances » données aux médias audiovisuels de renouveler auprès de l’institution de régulation leurs autorisations d’installation et d’exploitation.

Les commentaires portent également sur le sommet dédié à la sécurité maritime, le colloque du CAP 2015 et les appels à faire les comptes de la CAN 2013 de football.

Le Service de Presse/HAAC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *