L’actualité dans les journaux parus ce vendredi est dominée par la situation
politique au Togo.

La coalition des 14 partis de l’opposition avait prévu d’organiser des
manifestations de rue mercredi dernier et demain samedi. Mais ‘’Togomatin’’
rappelle que ce regroupement y a renoncé évoquant au passage des raisons
sécuritaires pour justifier cette suspension. Une telle décision est-elle la
résultante d’une « convergence de vue ou de raison ? » se demande ‘’Vision
d’Afrique’’. Autre interrogation à lire, cette fois-ci, dans les colonnes de
‘’L’Eveil de la Nation’’ qui écrit : « annulation des manifestations de la C14,
abdication ou repli stratégique ? » Le tabloïd y répond lui-même et donne à
comprendre que cette renonciation à manifester s’explique par le fait que la
coalition soit « en panne » ou encore « en perte de vitesse ». « La coalition a
compris que le pouvoir ne se trouve pas au bout des marches », renchérit
‘’Vérité des Peuples’’.

Pour sa part ‘’Liberté’’ évoque la liberté de manifestation telle qu’observée ces
derniers temps au Togo et souligne qu’elle a un « goût de confinement » en
raison des marches de la coalition cantonnées dans la zone de Bè. Le quotidien
privé craint que le pouvoir « interdise systématiquement » désormais les
manifestations de l’opposition. Sauf que ce faisant, cela risque de se retourner
contre lui, car lorsqu’on refuse à des citoyens de s’exprimer librement y
compris dans rue, cela entraîne une « accumulation de frustrations et de
rancœurs qui finiront par s’exploser à un certain moment ». Et Jean-Pierre
Fabre d’affirmer toujours dans ‘’Liberté’’ que : « la reconquête de la liberté et
de la dignité bafouée par une dictature sans pitié, ne doit pas s’essouffler ».

Qu’à cela ne tienne, les manifestations politiques et sociales sont « en berne »
ces derniers jours et ‘’Le Changement’’ se questionne s’il s’agit de « signes
avant-coureurs d’une sortie de crise apaisée ou d’une descente aux enfers ? ».
Et si cette accalmie était finalement une « aubaine » pour une sortie de crise ?
écrit ‘’Le Canard Indépendant’’. Dans tous les cas, ‘’Le Tonnerre’’ annonce
l’imminence de la reprise du dialogue d’après les informations qu’il a recueillies
depuis Accra.

Le gouvernement togolais lui, garde un œil sur les élections prévues cette
année et surtout sur les délais légaux dans lesquels doivent se tenir ces
élections. Là-dessus, ‘’Vérité des Peuples’’ se demande pourquoi le G14
« prend en aversion » les scrutins. Pourtant c’est bien la voie pour la résolution
de la crise politique, relève ‘’Togoréveil’’ qui rappelle que le président français,
Emmanuel Macron, ne s’était pas trompé en indiquant, il y a six mois, que la
consultation électorale était la solution.

Dans le reste de l’actualité, les journaux évoquent l’affaire Bolloré. Par ailleurs,
‘’La Symphonie’’ fait part des menaces de mort qui pèsent sur le directeur de
publication de ‘’Forum de la Semaine’’. Dimas Dikodo aurait été pris à partie
verbalement en début de semaine au sortir d’une émission sur Victoire Fm.
L’auteur de cette attaque verbale lui reproche son soutien au régime en place,
mentionne la publication.

Au surplus, ‘’Le Rendez-Vous’’ s’attarde sur le président de la République,
Faure Gnassingbé dont il ne retient que le mérite d’avoir « endetté le pays au
point d’être obligé de voyager de pays en pays pour contacter les dettes afin de
payer les fonctionnaires ». L’hebdomadaire se demande « jusqu’où » iront le
chef de l’Etat et son armée, qui à l’en croire, s’illustrent dans les « rafles,
violations des domiciles et prise d’otages ». A l’aune de ses « exactions », la
publication questionne la « santé mentale » des dirigeants.

Service de presse/HAAC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *