L’étude à la Commission des lois de l’Assemblée nationale du projet de loi portant révision constitutionnelle et la conduite des activités inscrites au programme du 59è anniversaire de l’indépendance du Togo sont à la une des journaux parus ce jeudi.

  • Réformes constitutionnelles et institutionnelles

L’étude du projet de loi y relatif a démarré mardi dernier à l’Assemblée nationale qui cristallise désormais les regards, informe ‘’La Nouvelle Tribune’’. L’hebdomadaire souligne que « ces réformes politiques très attendues depuis plusieurs années, ont valeur de grand test pour la législature actuelle ». Pour ‘’Le Libéral’’, la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles, Pomme de discorde entre le pouvoir et l’opposition depuis quelque temps, « serait un grand pas vers la résolution des tensions politiques auxquelles le pays fait face ». C’est pourquoi Mgr Philippe Fanoko « met en garde contre toute révision à minima qui ne prendrait pas en compte la volonté du peuple », relèvent ‘’Le Perroquet’’ et ‘’La Montagne’’.

« Attention à l’excès de calculs politiques, le monde nous regarde », avertissent ‘’Echos du Pays’’. Pour sa part, ‘’Le Libéral’’ explique qu’« il faudrait l’adhésion des 4/5 des députés présents à l’Assemblée nationale pour faire passer le texte, un obstacle sur lequel le gouvernement a plusieurs fois buté ». Mais le journal relativise : « avec la configuration actuelle de l’Assemblée nationale, il y a de fortes chances que le texte passe comme une lettre à la poste ».

Dans tous les cas, Gilbert Bawara se veut rassurant. Dans des propos rapportés par ‘’Forum de la Semaine’’, le ministre de la Fonction publique donne à savoir que les réformes se feront suivant les recommandations de la CEDEAO. Seulement, ‘’Liberté’’ n’y croit pas. Le quotidien privé note que le texte soumis à l’examen des députés est bien différent de celui proposé par l’expert de la CEDEAO. La publication de conclure : « si un prix Nobel existait pour le mensonge, on ne voit pas qui peut prétendre le lui arracher ».

  • Célébration du 59è anniversaire de l’indépendance du Togo

Samedi prochain sera le jour dit. Alors, que retenir des 59 années d’indépendance ? La question est à lire dans les pages de ‘’Togomatin’’ qui y consacre tout un dossier, tout comme ‘’L’Enquêteur’’ qui offre à relire l’histoire politique du Togo de 1958 à 2019 avec des faits et acteurs marquants.

Et pour marquer l’évènement, « d’importantes activités » sont en train d’être menées, rappellent ‘’Waraa les Vainqueurs’’. Hier le chef de l’Etat a procédé à l’inauguration du centre administratif et du nouveau port de pêche à Lomé, informe ‘’Togo-Presse’’. Les transferts monétaires aux ménages ont été lancés mardi. Là-dessus, ‘’Le Perroquet’’ donne à savoir qu’en fait, chaque femme ne bénéficiera que de 27,27 FCFA par jour pendant deux ans. Une « aberration de plus » alors qu’on parle de mandat social, mentionne le journal qui suggère au gouvernement de « cesser de se moquer des Togolais ».

‘’Le Correcteur’’ lui, trouve que le chef de l’Etat se déplace souvent pour des activités qui ne nécessitent pas forcément sa présence. « Pour n’avoir pas conçu suffisamment de grands projets, M. Gnassingbé fils se contente d’inaugurer les porcheries, poulaillers et boutiques de commerces général import-export », écrit le bihebdomadaire avant de conclure : « la présidence est une institution respectable et comme tel, on se doit beaucoup d’à propos dans le choix des actions à mener ». Quoi qu’il en soit, ces inaugurations viennent répondre aux « besoins sociaux croissants », renchérissent ‘’Echos du Pays’’.

Dans un tout autre registre, ‘’Le Correcteur’’ pense que Faure Gnassingbé est « le plus grand commun diviseur des Togolais » sur plusieurs sujets, entre autres, « les réformes à minima, l’arrestation d’opposants, la vie chère ». Quant à ‘’Liberté’’, elle questionne « l’indifférence » du groupe des 5 et de la CEDEAO sur un certain nombre de faits, notamment « l’interdiction tacite des manifestations de contestation, la mort de militant, le saccage du domicile de Tikpi Atchadam et les arrestations tous azimuts ».

Au surplus, les confrères évoquent l’équipe nationale de football et de son sélectionneur. Claude Le Roy rechigne à quitter ses fonctions après qu’il n’a pas pu qualifier les Eperviers pour la prochaine coupe d’Afrique des Nations. Une posture qui ne plaît pas forcément aux médias et aux férus du football togolais.

Le Service de Presse/HAAC

By ouro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *